Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Sortie du 11 mai

 

C'est depuis le port de Saint-Gilles, et avec le bateau de mon ami Malik, que nous partons au levé du jour en ce samedi matin. Les enfants, Marius et Maël, nous accompagnent bien sur ! On commence par la recherche des vifs. Tous les bateaux sont rassemblés au niveau de la bouée, les bancloches doivent être dans le coin. On arrive à faire quelques beaux spécimens, et on en aura assez pour notre partie de pêche. On a décidé de partir vers le sud en direction de Trois bassins pour faire éventuellement un peu de leurre souple en bordure. On commence par partir au large, vers une patate que connais bien Malik, et sur laquelle il y a du poisson de temps en temps. Les vifs trainent derrière le bateau, et on arrive tranquillement sur la zone. On fait un peu de jig, histoire de voir, mais rien pour l'instant. Par contre, premier départ au vif sur ma canne. Maël s'empare de la canne, et assure le ferrage. Mais problème, c'est la casse ?? Dommage, le départ était assez violent. Je remet un autre montage, avec hameçon double, et deuxième hameçon monté sur titanium. On change de secteur, et on reprend la direction du sud. Quelques haltes au jig, mais rien. On arrive dans le secteur de Trois bassins, et c'est le départ sur ma canne une fois de plus. Marlin !!! C'est un marlin, qui est en train de sauter sur la queue dans tous les sens ! Superbe ! C'est Maël qui s'y colle, la poisson fait son rush, et est en train de vider la tresse de mon stella 18000, ça va être chaud ! A vu d'oeil, il doit faire environ dans les 80 kilos, un beau poisson. Si on arrive à le ramener au bateu, on le relachera. Mais pour l'instant il n'est pas d'accord. Je demande à Malik, de prendre un angle avec le bateau, pour essayer de récupérer du fil, car il ne semble pas vouloir s'arrêter. Maël prend la mesure du poisson, et se dit que ce n'est pas gagné !

capture.jpg

 Petit à petit il arrive tout de même à reprendre du fil, et avec l'aide du bateau, on remonte sur le poisson. Il ne saute plus, mais il est toujours en surface. On commence à l'apercevoir, il n'est plus qu'a une vingtaine de mètres du bateau. Mais je pense qu'il n'est pas encore fatigué, et qu'il va falloir faire attention. J'avais raison, car il a décidé de partir vers le fond. Il reprend du fil comme si de rien était et il sonde. Maël subit comme il le peut le rush, et Malik tente de tirer sur le poisson pour le faire remonter. On est maintenant à 30 minutes de combat, et Maël arrive à bout de force. Il passe la canne à Marius pour reprendre quelques forces. Le poisson semble vouloir revenir en surface et Marius en profite pour récupérer un maximum de fil.

capture2.jpg

 Maël reprend la canne pour finir le combat, le marlin est remonté en surface, et semble donner de gros signes de faiblesse. On commence de nouveau à l'apercevoir en surface, il n'est plus qu'a une dizaines de mètres du bateau. J'essaye de faire quelques images sous-marine, mais ce n'est pas facile. Malheureusement, le montage qui avait tenu jusqu'a maintenant vient de lacher. C'est le deuxième hameçon qui a laché. Le marlin repart tranquillement vers les profondeurs. C'est ce qu'on pensait faire, mais on est un peu déçu de ne pas l'avoir vu de plus prêt, surtout après 45 minutes de combat. J'aurai souhaiter faire de belles images, et que Maël puisse voir son poisson un peu mieux. Mais au moins, il est reparti dans de bonnes conditions.

capture3.jpg

 Tout le monde à bord se remet de ces émotions, et nous voilà reparti en direction du sud. Je remet un autre bancloche en traine, et c'est parti. On arrive sur le secteur de Trois bassins, et on décide de remonter les vifs, pour se rapprocher du bord. Alors que je ramène mon vif, c'est la touche ! J'ouvre le pick-up, et je donne la canne à Maël. Ferrage, et le combat commence. Mais c'est un petit poisson. C'est brillant et rapide, surement une bonite. En fait non, c'est un thon à dents de chien. Petite photo rapide, et on le laisse repartir tranquillement.

DSCN2052.JPG

 On essaye maintenant de pêcher au leurre souple. Après une heure de pêche, sans touches, on décide se remettre en traine,et de repartir en direction du nord, pour se rapprocher du port. On fait un passage à proximité d'une bouée de réserve, et nouveau départ sur ma canne. Les enfants sont fatigués, et sont en train de se reposer, du coup je m'y colle. J'assure le ferrage, le poisson est au bout, et puis plus rien ? J'avais pourtant un montage avec un bout de titanium. Je ramène, et à ma grande stupeur, le titanium est coupé ?? Il a du être fragilisé avec la prise du TDC ? Vraiment bizarre. On repart vers le large, pour refaire quelques dérives sur la patate de ce matin. C'est Marius qui a la première touche après plusieurs dérives sans rien. C'est un petit poisson poulet qu'il remonte. Alors qu'il est train de faire la photo, c'est à mon tour d'avoir une touche, et de remonter le même poisson. Je le relache immédiatement.

DSCN2055.JPG

 On refait quelques dérives sur la zone, mais rien de plus. On prend la direction du port, il est déjà 16 heures, après une bonne journée de pêche, riche en émotions !

 

 

Sortie du 26 fevrier

 

Départ depuis le port de Sainte-Marie, en compagnie de Robert, et de son fils Damien. Ils veulent pêcher au leurre souple. La mer est belle, et on arrive sur la zone. Les premières dérives servent à prendre nos marques, et surtout voir comment le bateau se comporte. C'est bon, j'ai vu comment ça se passe. Je repositionne le bateau, et c'est parti. Pour l'instant c'est assez calme. Puis Robert  à la première touche, il ramène une belle rougette. Mais pas assez grosse, il la remet délicatement à l'eau. On continue notre dérive, après avoir replacer le bateau plus en bordure. Première touche pour moi ! De suite je vois que ce n'est pas un petit ! Le frein déroule, et je controle le poisson comme je peux. Quand j'ai mis mon leurre au bout de la canne, je trouvais l'hameçon un peu rouillé et émoussé, j'espère que ça va tenir. Le poisson a finit ses premiers rushs et je récupère du fil, mais il donne de gros coups de tête. C'est une belle carangue qui nage sous le bateau. Je finit par la mettre en surface, et la mettre à bord. Je la pèse à 14 kilos, beau poisson. Photo, et elle repart à l'eau tranquillement.

carangue-14-kg-souple-26_02.jpg

 Je repositionne le bateau, et c'est reparti. La dérive suivante, je réussi à faire un mérou, un rysdale exactement. Je le garde pour Robert et Damien, ils pourront gouter cet excellent poisson. Puis les balistes entrent en scène, et je commence à me faire dépouiller mes leurres. Plusieurs touches, mais pas de poissons. On enchaine les dérives, mais toujours les balistes, rien de plus. Finalement, je remonte un autre poisson, c'est un poisson porc epique. Je ne veux pas le toucher, car il est trop bizarre ! Je le décroche dans l'eau à la pince, et au revoir !! L'activité n'est pas au top, pas beaucoup de touches. Damien arrive tout de même à attraper son premier poisson, un autre rysdale de petite taille, qui va retourner à l'eau rapidement. Comme l'activité n'est pas au top, je décide de terminer la matinée avec un peu de jig, pour que Damien découvre cette technique. On commence les dérives, Robert et Damien découvrent toute la difficulté de la technique, surtout qu'il fait chaud ! Mais il y a possibilité de toucher du poisson, chose que je fais à l'instant ! Le ferrage est assuré, et je commence le combat. Surement une carangue de petite taille. C'est un poisson que je pèse à 9 kilos tout de même. Une photo, et elle aussi repart grossir !

carangue-9-kg-26_02.jpg

 Du coup, on refait quelques dérives pour essayer de toucher un autre poisson, mais la chaleur et la fatigue auront raison de nous. On termine cette matinée de pêche la dessus.

 

 

Sortie du 23 fevrier

 

Ce matin, mon fils Maël a invité deux de ses copains à venir pêcher avec nous, Florian et Leyns. Nous les récupérons vers 5 heures, et nous voilà parti pour Sainte-Marie. Il est 5h45 quand nous sortons du port, et le jour pointe juste le bout de son nez.On commence par une initiation au popper. Maël s'occupe de Florian, et moi de Leyns. On fait les lancers, et ils animent juste le popper, et on tourne. Alors que je suis en train d'animer, c'est l'attaque ! J'assure le ferrage et je passe la canne à Leyns. Mais il n'est pas encore prêt, surtout que la carangue tire fort. Je l'aide à encaisser les premiers rushs, et à faire les premiers pompages. Puis je le laisse se débrouiller mais il a beaucoup de mal. Il arrive tout de même à amener en surface une carangue d'environ 10 kilos. Photo et elle repart à l'eau.

IMGP2099-copie-1.JPG

 Pour Leyns, la pêche est finit !! Le combat l'a fatigué, et la petite houle commence à lui faire venir le mal de mer. On se replace pour une autre dérive. Cette fois, c'est Florian qui se fait attaquer le popper, et dès le départ, il jauge la force de son adversaire, et ce n'est pas gagné ! Maël lui donne un coup de main, mais lui non plus n'est pas encore prêt. Pourtant, c'est juste une carangue vorace d'environ 5 kilos. Pas facile la pêche sportive !!

IMGP2102.JPG

 On se replace pour une autre dérive, mais plus rien. Comme Leyns est malade, je décide d'aller directement faire un peu de jig, et eventuellement de revenir pour du leurre souple, si ça va mieux. On commence dans 60 mètres pour montrer la technique à Florian. La mer est très calme, trop, il fait trop chaud, pas un souflle de vent pour nous rafraichir ! Florian s'essaye au jig, mais trop dur pour lui. Du coup je décide d'aller voir plus profond. On est maintenant dans 80 metres. On commence notre recherche, mais la dérive est vraiment trop lente. J'ai tout de même une touche, et je remonte un petit jobfish.

jobfish.JPG Du coup, je décide d'aller encore plus profond pour trouver les sérioles. On est dans 120 metres de fond, et le sondeur indique un peu de détection. J'insiste un peu malgré le manque de touche, et alors que j'arrète mon animation pour mettre ma canne au baudrier, c'est la touche. J'assure mon ferrage à deux mains, et je commance le combat. Surement une sériole, les coups de tête y ressemblent. Effectivement, c'est une belle sériole d'environ 7 kilos. Photo, et elle repart comme une flèche !

IMGP2105.JPG

 Du coup, on refait une autre dérive, mais rien de plus. On revient en arrière, et on se positionne dans 50 mètres d'eau, cela devrait permettre à Florian de refaire un essai au jig. Leyns est allongé sur la banquette et attend que ça se passe. J'ai une première touche discrete. Maël aussi confirme une première touche, puis une autre, pensant que le poisson était au bout, mais non. Il relache son jig. Autre touche manquée, mais la suivante est la bonne ! Il tient sa canne avec le scion dans l'eau, et ne peut pas la remonter. Il essaye de dessérer un peu son frein. Il arrive à mettre la canne au baudrier et commence le combat. C'est lourd, mais pas de coup de tête. C'est un superbe mérou, Epinephelus Flavocoeruleus, un "plat zaile jaune" adulte quoi !! On le pèse à 14 kilos !! Je lui vide l'air de sa vessie natatoire, et il arrive à regagner les fonds. C'est le plus gros mérou attrapé sur le bateau ! Bravo à Maël !!

IMGP2109.JPG

Comme la dérive à l'air de donner, on se repositionne. On voulait finir par un peu de leurre souple, mais c'est pas sur. On recommence la dérive, et nouvelle touche pour moi ! Gros rush de départ, thon à dents de chien, ou bonite ?? Surement une bonite. Alors que je suis en train de remonter, Maël manque une touche. Il relache son jig, et cette fois c'est pendu !! IL ne peut pas faire grand chose, et subit le poisson qui tient le fond en donnant des coups de tête. Surement une carangue de belle taille. Je met à bord la bonite, que je conserve pour Florian et Leyns. Alors que je m'apprète à mettre le baudrier à Maël, son poisson se décroche. Quel dommage, il avait l'air fort sympathique !

bonite-copie-1.JPG

 Bon allé, on se replace pour une dernière dérive, car on a tout de même un peu pitié de Leyns qui vient de vomir à nouveau..:-( La touche ne tarde pas, quelques animations proche du fond, et je suis pendu. Ce n'est pas un gros poisson, mais surement une carangue, vu les coups de tête. Gagné, c'est un poisson d'environ 6 kilos, que je met au sec. Photo, et elle repart.

IMGP2112.JPG

 Bon cette fois c'est finit, juste le temps pour Maël de se mettre à l'eau, car il fait vraiment trop chaud, et on prend le chemin du retour. C'était une bien bonne matinée, avec de l'activité, mais une chaleur étouffante !!

 

 

Sortie du 9 fevrier

 

Départ du port de Sainte-Marie avec Anthony et Nelly. Cela fait longtemps que nous devions faire cette sortie, mais la météo n'était pas au top ces derniers temps. Aujourd'hui, c'est parfait, la mer est d'huile !! C'est tellement rare.. On commence pour un peu de popper. Anthony et moi, Nelly nous encourage en espérant voir un poisson venir attraper le popper. Alors que je ramène mon leurre, à 2 mètres du bateau, le poisson vient d'attaquer !! Du coup, elle aura vu de prêt... C'est une carangue vorace d'environ 5 kilos, que je maîtrise rapidement. Photo et elle repart à l'eau.

vorace-popper-09_02.jpg

On continue quelques dérives au popper, mais rien de plus. On va donc essayer de pêcher au leurre souple. Je pêche avec des petits leurres, et les poissons aiment ça, surement du petit, mais je me fais manger plusieurs leurres souples. Pour Anthony et Nelly, rien, à part le fond. Finalement j'ai une touche et je ramène une jolie petite rougette que je remet rapidement à l'eau. Rien de plus au leurre souple. Du coup on change de poste, et nous voilà parti pour du jig. On commence les dérives, mais la mer est tellement calme, que l'on fait du surplace. Obligé de se replacer sur des zones précises, mais pour l'instant, ça ne donne rien. Je me replace à nouveau, et c'est la bonne ! Je viens de férrer un poisson qui bagarre bien au début, mais qui vient finalement vite. C'est un beau capitaine blanc, que je conserve.

capitaine-blanc-09_02.jpg

On se décale sur une autre zone. On insiste un peu, avec plusieurs dérives, mais rien. Je décide de changer une fois de plus de secteur. Quelques descentes plus tard, c'est Anthony qui fèrre !! Gros rush dès le départ, et ça tire dur. Il arrive à maitriser le poisson, mais cela semble assez joli. Je pense à une carangue. Mais au fur et à mesure que je vois le poisson monter, je le trouve long. Effectivement, c'est un thon à dents de chien de 13.5 kilos que nous mettons à bord. C'est le plus gros poisson pris au jig par Anthony, il est aux anges ! Il conserve son poisson pour régaler sa famille.

P2090422.JPG 

Pour Anthony, c'est finit !! Le combat la achevé..Nelly et moi nous continuons un peu, mais rien de plus. La chaleur et la fatigue auront le dessus. Retour au port après une bonne matinée de pêche, et une mer superbe !!

 

 

 

Sortie du 6 février

 

Petite sortie d'un mercredi après midi avec mon fils. Il est 16 heures quand nous commencons à pêcher, le vent de nord nous a empêché de rejoindre notre zone de pêche plus rapidement, mais ce n'est pas grave. On commence les dérives assez profond, mais le vent une fois de plus ne nous aide pas. La dérive est assez forte, et malgré nos jigs de 250 gr, on a du mal à rester à la verticale. Pourtant on insiste pour ne pas sortir les jigs de 300 gr. Finalement on change de zone pour une profondeur moins importante. Du coup les jigs de 200grammes suffisent, ça fait du bien aux bras. Pour l'instant pas de touche. L'heure tourne et je ne veux pas être trop tard sur la zone pour faire du popper. Mais Maël, en a décidé autrement, il vient de férrer !! Prise de frein et coups de queue dans la ligne ?? C'est une carangue de petite taille, environ 6 kilos, mais prise par la queue qu'il amène au bateau. La blessure n'est pas importante, elle devrait s'en sortir. Photo et elle repart.

 

gt-jig-06_02.jpg

 On refait une autre dérive pour voir, mais rien de plus. On change de zone, et de cannes. C'est parti pour un coup du soir au popper. Maël met son cubera fétiche jaune, et moi je teste un nouveau popper, le skipjack. Sur la première dérive Maël a un suivi, mais sans suite. On se replace, et cette fois c'est la touche à 5 mètres du bateau !! Gros splash en surface, et rush. Mais le poisson se calme vite, c'est une carangue vorace, et elle est suivit par un banc complet !!

vorace-popper-06_02.jpg

 L'eau est assez chargé, il y a plein de morceaux de bois, et de dechets qui flottent. Comme mon popper ne donne rien, je change pour un cubera en 100gr également. Mais c'est celui de Maël qu'elles veulent. Nouveau poisson, et c'est une autre carangue vorace. Je continue de pêcher pour essayer de voir si une de ses copines ne veut pas attaquer mon leurre. Le temps que je fasse ça, la carangue rush sous le bateu, et c'est la casse ! Le bas de ligne a du frotter sur le bateau ou le moteur. Mince dommage, le poisson est parti avec le leurre :-( Il commence à faire bien sombre, mais on continue. Gros remou derrière mon popper, attaque mais manqué, ça suit, mais rien...Arf, pas de chance. Quelques lancés plus tard, cette fois c'est bon !! C'est au bout, une autre carangue vorace de taille plus modeste.

vorace-popper-06_02--2-.jpg

 Comme on le voit sur la photo, il n'y a plus beaucoup de lumière. On refait une dernière dérive, et on prend le chemin du port. Une bonne petite sortie avec 4 poissons au compteur.

Une petite vidéo d'une attaque, ça déménage !!

 

 

 

 

 

Sortie du 22 janvier 

 

Nous partons de très bonne heure ce matin avec Julien. Mise à l'eau du bateau à Sainte-Marie à 4h45, et nous partons de nuit en direction de l'est. Je veux tester des nouveaux coins pour le popper, et donc il faut y être au lever du jour. Sur la route nous croisons la pluie, et la lueur du ciel nous fait penser que ce n'est pas finit. Nous arrivons sur le spot, mais comme je le craignait, les pluies d'hier et de cette nuit ont rendu l'eau très sale. On tente tout de même un coup de popper, mais au fur et à mesure que la lumière augmente, on se rend compte de la couleur de l'eau. On change de secteur pour essayer de trouver un peu plus de clarté, mais ce n'est pas gagné. On insiste tout de même au popper, mais rien. On passe donc au jig, mais là aussi l'eau n'est pas propre. A cela s'ajoute un courant monstrueux, même le jig de 300gr part loin du bateau. On change de poste, et même chose la dérive est trop forte. On trouve enfin un endroit ou c'est pêchable, mais l'ancre flottante est sous le bateau, c'est trop bizarre ?? J'ai une première touche, mais c'est petit. C'est une petite carangue points jaunes, au moins je ne suis pas bredouille. J'essaye mon nouveau jig Yambal en 250 gr. Il se comporte bien et tiens la dérive dans 85 mètres. D'un seul coup, je ne sens plus mon jig comme si on l'avait soulevé. J'accélère, et c'est le contact !! J'assure le ferrage, mais c'est lourd ! Le poisson prend du frein de suite et je subis. Puis il remonte, je mouline pour rattraper, et je garde le contact. Il remonte à nouveau, mais très vite, incroyable, je suis obligé de mouliner comme un fou pour garder le contact. Je pense à un thon à dents de chien, mais en fait c'est une sériole qui arrive en surface, mais une belle. Très franchement vu l'inpact à la touche je m'attendais un poisson plus gros, j'ai perdu l'habitude...:-) On la pèse à 11 kilos,et elle repart tranquillement.

 seriole-11kg-22_01.jpg 

 

On se repositionne, pour faire une autre dérive. Pas d'autres touches. Comme l'eau est sale en bordure, on se dit, pourquoi pas aller au large. On prend la direction du DCP de champ borne. Mais on ne le trouve pas, pas d'activité, pas de chasses. ON va voir vers ce lui de Ste -*Suzanne, on ne sait jamais. On aperçoit quelquechose. Mais ce n'est qu'un vieux congelateur qui flotte dans un courant sale. On fait quelques descentes pour voir, mais rien. On continue notre recherche sans succès. On rejoint donc le bord. Je me positionne sur le secteur ou Maël avait raté sa touche mercredi dernier. Nous sommes dans les 90 mètres, et on arrive à pêcher,le courant est moins fort. J'ai un epremière attaque timide que je décoche. Julien se mèle avec moi, et il semble sentir des tapes dans mon jig ? J'ai changé de jig et j'essaye un CBONE en 250gr. Cette fois, c'est la touche !! Je fèrre et commence le combat. Vu la défense ça doir être une carangue. Julien arrive au fond et commence sont animation. Pendu !! Un doublé. Nous remontons chacun une carangue d'environ 8 kilos. Sympathique !!

  double-carangue.JPG

On se repositionne sur la dérive, même si elle n'est pas trop franche. Nouvelle touche pour moi, mais c'est plus gros. Presque en même temps, Julien est lui aussi attelé ! Encore un doublé ! Malheureusement il va décrocher son poisson. De mon coté, j'ai du mal, mais je remonte une belle carangue de 12 kilos. Photo et remise à l'eau comme les précédentes.

 carangue-12-kg-22_01.jpg

On insiste un peu sur la zone, mais plus de touches, elles ont du être effrayées. Il faut dire aussi que la fatigue commence à se faire sentir. On termine par quelques dérives dans 45 mètres, Mais rien de plus. Une bonne matinée tout de même. En espérant que la prochaine fois, l'eau sera plus claire en bordure.

 


Sortie du 16 janvier

 

Les enfants sont encore en vacances, pour leur dernière semaine. Du coup on décide de faire une petite sortie avant la reprise. Mon ami Fabien nous accompagne. On le retrouve à 4h45 au port. On met le bateau à l'eau rapidement, le but étant d'arriver avant le levé du jour pour faire du popper. Il est 5h15 et les premiers poppers rejoignent l'eau, il ne fait pas encore jour. En fin de dérive, alors que je pensais replacer le bateau Maël a une première attaque manquée. J'essaye de faire popper Olwen, je lui lance le leurre et il le ramène, mais pas de chance pour lui pas d'attaque. Il l che vite l'affaire, trop lourd pour lui, et il est surtout pas réveillé !! On se replace et c'est parti. Le jour pointe le bout de son nez, et les poissons avec. Maël va avoir 4 ou 5 attaques sans suite. Fabien également, dont deux poissons qui vont le suivre jusqu'au bateau. Heureusement, Maël a une attaque victorieuse. Au ferrage il glisse, et le poisson tire fort. Il assure son ferrage et commence le combat. Le poisson vient plutôt facilement, puis il s'énerve, prend du frein et ne bouge plus, il nage tranquille sous le bateau. C'est un beau poisson. Maël maitrise finalement cette belle carangue que l'on va peser à 12 kilos. Photo, et remise à l'eau.

carangue-pop-12kg-16_01.png

 On se replace pour une nouvelle dérive pleine d'espoirs, les poissons sont là ! Fabien a une attaque, mais c'est petit. Il ramène un petit pampe qui repartira rapidement. Quelques minutes plus tard, nouvelle touche pour Fabien, c'est une bonite de 2 kilos que Olwen va remonter. Pour Maël et moi plus rien ? Pas de suivis, pas de touche. On va insister une grosse demi-heure, mais les poissons ont disparus ? L'activité à du durer 15 minutes, hallucinant. On change de technique pour essayer au leurre souple. La pêche est difficile, avec le vent qui se lève doucement, et un courant trop bizarre. Pas plus de résultats. On change donc de secteur pour faire du jig. On arrive sur zone, première dérive, rien. Je replace le bateau, et Maël a une belle touche, il assure sont ferrage, et commence à remonter mais le poisson se décroche ? Il avait pourtant bien férré, et son jig est équipé de 2 hameçons ? On va insister au jig, mais rien d'autre, pas une touche.

La pêche est vraiment difficille en ce moment, et je ne sais pour quelle raison ?? En espérant que cela revienne.

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : La pêche en kayak Hobie
  • La pêche en kayak Hobie
  • : Ma passion la pêche, et plus particulièrement la pêche en kayak. l'objectif est d'arriver à attrapper tous les poissons en kayak !!
  • Contact

Dernière vidéo

                                                                   

Recherche