Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Autour de Rodrigues

12 et 13 mars 2013

 

 

Nous partons du gite en ce mardi matin 7h30, avec Maurice qui partage le bateau de Rodfishinclub avec nous. Après 30 minutes de route nous arrivons à Port-Mathurin ou nous acceuille Yann Colas, son père Alain et son équipage. Le matos est chargé, les amarres larguées, c'est parti ! Nous avions réservé pour partir 34heures sur le banc de l'est, mais les conditions météos sont difficiles. Cela reste faisable, mais ça va bouger. Du coup après discussion avec Yann, on décide de rester autour de Rodrigues pour que ce soit un peu plus confortable, enfin, c'est vite dit.

depart.JPG

  On commence par mettre les cannes en traine pour attraper des bonites de laine qui sont très présentes en ce moment. Les enfants ramènent les poissons directement à la main et les mettent dans les tubes pour les garder vivantes et s'en servir d'appats. Puis on met les leurres normaux pour se diriger vers le premier spot à jig. Le plateau de Rodrigues est immense, et la cassure est à plusieurs milles du bord. Sur le trajet, on a quelques touches, et les enfants sortent des bonites entre 3 et 4 kilos histoire de s'échauffer. Le bateau vient de s'arrêter sur le premier spot. On commence les descentes, mais pour l'instant c'est plutôt calme. Marius s'accroche au fond et casse, et moi je fais la même chose. Seul Malik va remonter un mérou de 3 kilos. On refait les montages pour le prochain spot. Sur la route, d'autres bonites mordent aux leurres, et rejoignent les tubes pour les conserver vivantes. Nous voilà de nouveau en mode jigging, mais sur ce coin les poissons semblent plus actifs. C'est Maël qui touche le premier poisson, un jobfish de belle taille. Puis c'est à mon tour, j'assure le ferrage, je sens les coups de queue dans la ligne, et plus rien ? Je comprends, il ne me reste que la tête du thon à dents de chien. Les touches s'enchaînent, c'est maintenant Marius qui est en combat, mais c'est plus gros, beaucoup plus gros. Il assure comme un chef, et remonte le poisson tranquillement. On pense à une carangue ou un thon, mais en fait c'est un gros barracuda. Normalement ces poissons sont relachés, mais le record du monde junior étant de 23 kilos, le poisson est mis à bord pour le peser. Il ne fait que 20 kilos, mais c'est déjà bien ! Marius vient de battre le record de son plus gros poisson au jig !

DSCN1984.JPG

  Vu le ventre du barra, je me demande si c'est pas lui qui a croqué mon TDC ?? Yann repositionne le bateau sur la dérive, et c'est reparti. Nouvelle touche pour moi, et cette fois je remonte un petit thon à dents de chien en entier. C'est pas mal, mais il faudrait la taille au dessus.

doggy1-moi.JPG

  C'est ensuite au tour de Malik d'être en prise, mais il se fait secouer. Prise de frein, et le poisson bataille dur. Coups de tête réguliers, surement une Carangue. Après quelques minutes, le poisson arrive doucement au bateau, et c'est bien une carangue, mais une belle, un poisson d'environ 20 kilos.

DSCN1971.JPG

  Les enfants continuent de pêcher, l'activité n'est pas terminée. Maël est de nouveau en action, et il met au sec un petit TDC de la même taille que le mien. Maurice ne fait pas de jig, trop fatiguant. Par contre, il a mis une belle petite bonite en dérive au bout de sa canne et attend la touche. Elle ne tarde pas, prise de frein et ferrage.Le poisson à l'air plutot joli. Alors qu'il continu de remonter son poisson, Maël vient de ferrer, mais cette fois ce n'est pas la même chose. Gros rush dès le départ, et il controle comme il peut. Le poisson de Maurice arrive, c'est une carangue d'environ 15 klilos. Maël continu son combat, mais c'est difficile. Un moment j'ai un doute, c'est le poissson qui tire ou le bateau qui avec la dérive fait dérouler le frein ? Le poisson s'est mis dans le fond ? En fait non, Maël arrive à reprendre du fil et à faire monter le poisson. Son dos commence à le faire souffrir, mais il ne lache rien. Plus que quelques mètres, et c'est gagné. C'est une superbe carangue qui vient de percer la surface ! Maël est aux anges, fatigué, mais comblé !! Une belle carangue d'environ 33 kilos !!

DSCN1979.JPG

 On se repositionne, mais l'activité à bien baissé, il faut dire que dessous, on a fait un peu le ménage !! Après plusieurs descentes sans touches, Yann décide de repartir vers un autre spot. Mais avant une petite photo de ce doublé barracuda, carangue, ça le fait !

DSCN1988

  Changement de zone et nous voilà reparti pour d'autres descentes. J'ouvre les hostilités avec une première touche. C'est un petit TDC, une fois de plus, ils ont tous le même calibre. Touche suivante, nouveau TDC, mais une fois de plus, je ne remonte que la moitié du poisson, incroyable, il y a du monde dessous ! J'enchaîne avec un troisième poisson de même taille, ils ont entre deux eaux juste sous le bateau. Yann  nous repositionne, et c'est reparti. Cette fois la touche à eu lieu pret du fond, et le poisson ne se laisse pas remonter. Ce n'ai pas la même taille, et ce n'est pas un doggy. Je contre le poisson, et l'empeche de retourner vers le fond. C'est un superbe mérou qui arrive en surface, un poisson de 20 kilos passé !

DSCN1994.JPG

  Je n'ai pas finit la séance photo, que Malik est en combat. On dirai le même genre de poisson, mais plus petit. Un autre mérou de la même espèce d'une dizaine de kilos.

DSCN1997.JPG

 La zone ne donne plus, pas d'autres touches, et Yann veut continuer la route pour se positionner sur le spot pour faire le coucher du soleil. Quelques touches en traine sur le trajet, mais que des poissons décrochés. On est sur la zone, et les jigs rejoignent déjà le fond. C'est Maël qui va avoir la première touche. Il fèrre fort, mais le poisson tire en même temps et il glisse. Je le rattrape pour pas qu'il passe par dessus bord. Le poisson à laché, mais finalement revient dessus. IL le remonte difficilement, ça doit être un beau poisson. Pas de chance, alors qu'il ne restait pas beaucoup de ligne dehors, il se décroche. Vraiment dommage, il avait l'air beau. Malik commence doucement avec un petit rouge. Maurice remet une bonite en dérive,et la première touche ne se fait pas attendre. Il sort un joli TDC autour de 20 kilos, puis enchaîne avec un  deuxième. La nuit est tombé, et pour Malik, c'est dur. La perte de références et la mer qui bouge le rendent malade. Mais il fait un essai tout de même et sort un doggy de petite taille. Pour moi, ce n'est pas la même, je pense que j'ai touché un gros !! Gros rush, et je contrôle comme je peux, de nuit je subis. Je pense avoir décroché le poisson, mais non il y est toujours. Il passe sous le bateau, et je ne vois pas ce qui se passe. Je viens de casser, ma tresse de 100 lbs à du toucher le bateau. Quel dégout !! De son coté Maël enchaine les touche et remonte des petits doggys.

tdc-nuit-mael.JPG tdc-nuit-mael2.JPG

Moi non plus, je ne suis pas en super forme, et j'ai un coup de fatigue. Je m'allonge sur la banquette en bas, et Maël rejoint le fly pour s'allonger. On se repositionne, Marius tente un peu de palangrotte, alors que Malik qui a retrouvé un peu de couleur s'essaye au jig. Je jette un oeil de temps en temps pour voir s'il a des touches, mais rien. Un peu de poisson cru qui a du mal a passer, et une assiette de pates chaudes pour caler l'estomac. Yann place le bateau en dérive et coupe les moteurs. La nuit va être courte et mouvementé par le vent et la houle. Au petit matin, les mines sont fatigués, mais on est remotivé après un bon petit déjeuner. Le bateau est de nouveau en traîne pour  se rendre sur un autre spot. Les touches sont matinales, et alors que Maurice est en combat au siège, je remonte en stand-up un thon d'une dizaine de kilos qui va se décrocher au bateau. Maurice termine sont combat, et les marins mettent à bord un superbe thon de 40 kilos ! La matinée commence bien. Première halte pour le reveille musculaire au jig. Les premières descentes ne donnent rien. Puis c'est la touche pour moi, et belle touche. Gros rush dès le départ, je tire sur le poisson dès que je peux, mais c'est lourd. J'ai du mal à savoir ce que ça peut être. C'est un gros barracuda, mais piqué juste au dessus de la tête, du coup pas facile d'avoir les sensations habituelles. Un beau poisson qu'on relache sans le mettre à bord.

bara-moi.JPG

  Ensuite, c'est Maël qui a une touche, mais petit poisson, c'est une carangue 3 taches. Pas d'autres touches sur la zone, on se remet en traîne pour changer de patate. On croise une fois de plus les bonites et les  petits thons que les enfants remontent, avec les cannes de jig c'est plus sympa. On arrive sur une nouvelle zone de jig. La fatigue commence à se faire ressentir, mais les poissons sont là. La densité de doggy est impressionante, et j'enchaîne les touches, mais que des petits poissons entre 5 et 8 kilos. j'attends la touche du gros, mais elle ne vient pas. Marius a fait une pause jig, et fait un peu de palangrote sur le fond. Il remonte un joli mérou plat zaile jaune.

DSCN2004.JPG

  Pas trop d'activité, on change donc de nouveau de zone. Sur la route, grosse touche en traine, on espérait voir le marlin sauter, mais non. Je prends la canne en stand up, c'est lourd. Enfin surtout la canne ! Je remonte un superbe thon banane qui accusera 28 kilos sur la balance !! Un beau poisson, mon plus gros à ce jour.

DSCN2013.JPG

 Le bateau est de nouveau en dérive, et nous voilà de nouveau en action. Maël commence doucement avec un petit rouge, et moi avec un petit jobfish. Pour Malik, pas la même chose, il vient de férrer, et de prendre un rush énorme ! Le poisson finit par rendre les armes, et Malik remonte, mais il se fait balader. Le voilà enfin le gros doggy qu'on attendais, ce n'est pas un monstre de plus de 50 kilos, mais un beau poisson d'environ 30 kilos. Malik est très content, c'est son plus gros doggy. Moi je voulais un plus gros encore, donc tous les espoirs sont permis.

DSCN2017.JPG

  Mais c'est sur ce poisson que se termine la pêche au jig. Je vais bien refaire un petit mérou, mais pas le gros poisson que j'espérait. La pêche n'est pas finit pour autant, sur le chemin du retour nous aurons droit à un requin qui viendra juste derrière le bateau, avant de repartir. Nous allons croiser un espadon toute voile dehors. On va essayer de l'appater avec une bonite à plusieurs reprises, mais rien. Malik met une bonite morte a flapper derrière le bateau, et pense avoir pris le poisson, mais il se fait couper par un thon banane ou un barracuda. Quelques minutes plus tard alors que nous avons remis les cannes en traîne, Maurice va remonter un gros barracuda, surement celui qui rodait dans les parages.

La nuit est déjà tombée et nous rentrons au port fatigué, mais content de ce petit trip. Avec des conditions de mer un peu plus favorables, la pêche aurait peut être été plus facile, mais rien de sûr. Ce sera pour une prochaine fois, sur un des bancs autour de l'ile peut être.

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : La pêche en kayak Hobie
  • La pêche en kayak Hobie
  • : Ma passion la pêche, et plus particulièrement la pêche en kayak. l'objectif est d'arriver à attrapper tous les poissons en kayak !!
  • Contact

Dernière vidéo

                                                                   

Recherche