Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Du 8 au 10 mars 2013

 

Nous avons réservé une villa les pieds dans l'eau. En arrivant, nous ne sommes pas déçu, c'est le top ! Maison moderne, avec grande terrasse, le jardin, et la plage au bout du terrain.

maurice--16-.JPG

   C'est sur cette plage que le lendemain Tempo vient nous chercher à 7 heures avec le bateau, excellent. Ce qui l'est moins, ce sont les conditions de vent, en regardant les prévisions sur Windguru, j'ai eu peur. Ca se confirme dès la sortie de la passe, le vent est fort, et les vagues aussi. On prend tout de même la direction de coin de mire, et on se positionne au large. Mais on n'est pas à l'abri, et il faut un jig de 300gr, voir plus pour essayer de pêcher correctement. C'est Maël qui va faire le premier poisson, un rouge d'environ 2 kilos. Puis moi aussi je fais un rouge ou deux mais de petite taille. On refait quelques dérives, mais les conditions sont vraiment trop difficiles, et on décide de revenir vers le bord, sur un coin que Gato connait. Je vais retoucher 2 autres rouges, et une sériole, alors que Malik fera 1 ou 2 poissons également, mais c'est vraiment compliqué. Vers 15 heures on décide de rentrer, on se réserve pour demain. On a décidé de descendre dans l'ouest, jusqu'a la passe de rivière noire.

Le lendemain matin, il pleut des trombes. On attend une acalmie, et nous voilà parti. La mer est plus sympathique de ce coté, même si le vent reste bien présent. On reprend un peu de pluie sur la route, et après 1h15 de route, on arrive en vue de la passe. On s'approche du bord, pour essayer de faire un peu de popper. Après 1 heure, sans avoir rien vu, on décide de passer au jig. On essaye tout d'abord à la sortie de la passe. Je touche une première petite bonite, histoire de mettre en confiance, mais les touches sont rares, et on s'attendait à beaucoup mieux. On nous avait parlé de thons à dents de chien, mais rien du tout.. Malik touche enfin un poisson correct, une carangue noire.

DSCN1944.JPG

 On remonte au fur et à mesure vers le nord, en prospectant la cassure. Les poissons sont une fois de plus assez profond, et c'est autour des 100 mètres que nous avons les touches. Je commence par un joli rouge, et j'enchaîne avec 2 sérioles.

DSCN1947.JPG  DSCN1948.JPG DSCN1952.JPG

 Puis c'est au tour de malik de faire une jolie sériole, et de conclure avec un doublé : rouge pour Maël, carangue noire pour lui.

DSCN1954.JPG DSCN1955-copie-1.JPG

  Nous faisons une halte et quelques dernières descentes sur le coin de la veille. Alors que j'ai rangé mon matériel, Malik à une belle touche qu'il a du mal à maitriser, avant que le poisson se décroche. Il ramène son jig qui était neuf, avec des entailles de belles dimensions. Vraiment dommage ! Pour le pauvre Marius, c'est le calme plat. Pas une seule touche. Nous sommes assez déçu, par rapport au temps de navigation et aux efforts fournis, nous n'avons pas été récompensé.

Pour le dernier jour, le vent devait se calmer. Hugo avec qui j'ai partagé des messages ur un forum, nous a rejoint pour sa première sortie jig à Maurice. Tempo est confiant et nous dit que la mer est bien. De mon coté je suis septique, et j'avais raison, on prend tout de même la direction du large, mais la mer est une fois de plus dechainée, vent et houle. On arrive à s'abriter derrière l'ile plate, mais pas facile de pêcher. Pour sa première sortie, Hugo est gaté. Les premières dérives ne donnent rien. Au fur et à mesure, on se recale, pour revenir vers coin de mire. Je touche le premier poisson, qui donne du fil à retordre. C'est un thon à dents de chien d'environ 8 kilos.

DSCN1960.JPG

 Du coup on se replace sur la dérive, et deuxième touche pour moi. Mais après quelques minutes le poisson se décroche, cela ressemblait à autre TDC. Nouvelle dérive, et cette fois c'est Hugo qui à la chance de férrer son premier poisson au jig. Il découvre la force de ces fusées !! C'est un autre TDC du même gabarit qu'il met à bord, il est content.

DSCN1962.JPG

 On insiste sur la zone et je décroche un autre poisson. Dommage. On décide de faire un autre point pour voir, mais les conditions sont de plus en plus difficiles. Tempo décide de revenir vers coin de mire après avec fait quelques descentes sur les points. Juste le temps pour moi de confirmer la présence des carangues noires, avec un petit poisson de 5 kilos que je remet à l'eau rapidement. On se décale au large de coin de mire pour faire une autre dérive. Je fais une carangue bleue de taille moyenne, autour de 4 kilos. Puis nous rejoignons le bord, sur le coin ou nous avons terminé toutes nos sorties. Les premières dérives ne donnent rien pas de touche. Je regarde de plus proche le sondeur, et je repositionne le bateau. La dérive n'est pas bonne, je fais une petite marche arrière pour bien me positionner sur la cassure que j'avais repéré au sondeur. Quelques minutes plus tard, Marius a enfin la touche qu'il attendait tant !! Il a du mal à controlé le poisson qui prend pas mal de frein. Il arrive finalement à maitriser, et commence le combat. C'est une très belle carangue qu'il met à bord. Les pronostics vont bon train, pas plus de 15 kilos je pense. Le peson indique 15 kilos pile, le plus gros poisson au jig pour marius à ce jour. Bravo !!

DSCN1964.JPG

 Du coup, on insiste un peu sur la zone, et Maël essaye tous les jigs possible pour faire un poisson, car lui non plus n'a pas eu de touche aujourd'hui. Alors que Marius est en train de regarder le sondeur, ou de se gratter le nez, avec son jig à l'eau, il se fait attaquer. Il fèrre, et le poisson viens assez facilement. Pourtant, c'est un joli thon jaune d'environ 8 kilos. Il est comblé, et on a pas finit de l'entendre !!

DSCN1968.JPG

 C'est sur ce poisson que se termine notre séjour à Maurice. Une fois de plus le vent et la mer auront eu raison de nous. Le vent jusqu'a 15 noeuds ça va, mais au dessus de 20 noeuds, c'est très compliqué. Nous rentrons sur la plage avec un superbe couché de soleil. On reviendra....

maurice--46-.JPG

 

 

 

Séjour prospection

du 24 au 30 janvier 2013

 

Après 45 minutes de vol, et 1 heure de voiture ( et oui le trajet en voiture est plus long que l'avion...), je retrouve mes amis mauriciens, Tempo et Gato, mais aussi Rodolphe, venu de métrôpole pour nous aider à prospecter. Il fait très chaud, plus chaud qu' à la Réunion, et je prépare rapidement les affaires pour partir dans l'après midi. Un repas vite fait, quelques courses, on charge le bateau pour partir 2 jours. On fait le plein du bateau depuis la plage de Grand Baie, pas pratique mais pas le choix.

  Il est déjà 17 heures et nous quittons le lagon, en direction de l'île plâte. On ne va pas y aller directement, on se fait une petite halte pour rechercher les premiers poissons. On commence profond, entre 80 et 120 mètres. Quelques touches manquées pour le moment pour Rodolphe et moi, mais sans suite ? C'est quoi ces poissons. Gato a plus de chance et réussi à férrer correctement. C'est un vivaneau royal qu'il remonte. Pour commencer, c'est bien, et surtout il nous servira pour le repas de ce soir !

vivaneau.jpg  On continu les dérives, et je remonte 2 rouges qui ne pourront pas retrouver leur élément, la remonté leur a été fatale. Puis c'est Rodolphe qui prend le dernier poisson de la soirée, une belle petite sériole, histoire de s'échauffer. Mais il est déjà tard, et on prend la direction de la passe de l'îlot Gabriel.

seriole.jpg

  Même s'il fait bien sombre, Gato connait parfaitement l'endroit. On ancre le bateau en bord de plage, et on sort le matériel. On va passer la nuit tranquillement sur un transat, à l'abri d'un parasol pour éviter les coups de lune..:-) Petit apéritif, Gato nous prépare le poisson grillé, un vrai régal. Puis on ne tarde pas à se coucher, mais il y a du vent, et un peu de pluie, pas les conditions idéales pour bien dormir.

bateau-plage.jpg moi-rod-plage.jpg

poisson-grille.jpg

 moi plage  rod-plage.jpg

 Le lendemain matin, le réveil est dur, surtout pour mes amis, qui n'ont pas vraiment dormis, à cause du froid. Pour moi, la nuit n'a pas été parfaite, mais ça peut aller. On rechauffe le café au barbecue, et on charge le bateau. Direction l'île ronde. La mer est belle, enfin pas trop mal et on en profite pour aller sur ce spot. On commence notre recherche, et on trouve de belles cassures que nous explorons. Pour l'instant pas de succès. On décide de chercher plus profond pour voir. La première touche est pour moi. C'est un premier petit jobfish. On refait quelques dérives, et je touche des rouges d'assez belle taille.

rouge.JPG

  On change de secteur, toujours à la recherche de la bonne dérive, mais ce n'est pas facile ! On commence pas trop profond, mais une fois de plus il faut chercher de la profondeur pour toucher du poisson. C'est Rod qui nous remonte un joli jobrose.

job-rose.jpg

  Il semblerait que l'activité augmente un peu, mais de notre coté on commence à ressentir la fatigue. Depuis ce matin on pêche beaucoup pour trouver les poissons, et les bras commencent à être lourds. Le courant commence à se renforcer, et les poissons devrait être plus actifs. Ca commence par un doublé, un petit thon à dents de chien pour Rodolphe, et un jloi rouge pour moi.

double.jpg

  On décide donc de se rapprocher du récif, là ou ce matin on n'avait pas eu de touche. Mais comme le courant est de plus en plus fort, l'activité des poissons augmente. Je manque 2 ou 3 touches, Rodolphe se fait toucher également, et Tempo se fait casser. On enchaîne les dérives, pour chercher le gros. C'est la touche pour moi, c'est lourd, mais pas de bagarre, le frein ne déroule pas. C'est une carangue Pompano, un très beau poisson, le premier pour ma part !

pompano.jpg

 Ce sera le dernier poisson de la journée, car il est déjà presque 16 heures, et on ne veut pas rentrer trop tard pour préparer le départ de demain, sachant qu'hier on a découché. Retour tranquille sur Grand Baie, on décharge le bateau, on recharge les caméras pôur demain, Tempo va chercher un peu d'essence, et la nuit est une fois de plus courte, mais cette fois dans une chaleur étouffante !

 

Le lendemain matin, le réveil sonne plusieurs fois, mais le levé est rude. A cette heure il fait un peu moins chaud, et il est donc plus facile de dormir. Mais bon il faut y aller ! On recharge le bateau, on fait un petit complémént de carburant, et nous revoilà parti en direction de l'île ronde, car la mer est encore belle, on en profite. Gato est malade ce matin, mal aux dents, il faut qu'il aille consulter. Une fois surplace, on recommence notre prospection, mais comme hier, les poissons ne sembles pas être sur les cassures du récif. Je replace le bateau pour dériver plus profond. Ils sont là, je viens de férrer ma première touche de la journée. Ca remonte tranquillement, mais c'est assez sympa, il y a des beaux coups de tête. C'est une sériole prise par 100 mètres de fond.

seriole-copie-1.jpg

 Sur les dérives suivantes, je fais 2 rouges de taille moyenne, puis c'est le retour au calme. On cherche sur d'autres cassures, proches des îles, puis éloignées, de l'autre coté, pour finalement revenir sur le secteur du début. Rodolphe fait un capitaine histoire de redonner un peu de motivation.

capitaine.jpg

  L'heure avance, et on se rapproche du récif pour retrouver l'activité de fin d'après midi d'hier. Effectivement, le courant est en place et il semblerait que les poissons s'activent. Tempo nous le confirme en mettant à bord une carangue bleue, qu'il relache très rapidement. Puis rodolphe fèrre un poisson qui revient tranquillement au bateau. On l'aperçoit, mais il fait un rush à ce moment là, et c'est la casse. Surement un thazard ou un thon banane. On se replace au plus près du récif, et c'est Tempo qui à son tour subit une casse peu de temps après le ferrage. Il est avec sa petite canne, et il semblerait que le frein était un peu trop sérré. De mon coté, je cherche le bon jig, je change presque à chaque dérive pour trouver ce qu'ils veulent. Bingo, un petit thon à dents de chien s'est laissé tenter par mon jig STAY. C'est un bon début, mais s'il pouvait allé chercher sa grand mère, ce serai cool !! On se replace, et je change de nouveau mon jig, pour un weepy 200 gr couleur argent. On commence la dérive, et dans 75 mètres, c'est la touche !! Mais là, pas pareil !! Le poisson prend du frein de suite, et je subit. J'essaye de le stopper, car il semble prendre la direction du récif. Dès que je peux, je lui pompe dessus pour le faire changer de direction. Cette fois, c'est du gros !! Rodolphe remet les moteurs en route pour me filer un coup de main si necessaire. Je suis concentré pour ne pas faire d'erreur et amener le combat au bout. C'est fait le poisson subit maintenant et je le remonte doucement. Une grosse masse apparaît, c'est une énorme carangue !! C'est l'euphorie à bord ! Un poisson que l'on va estimer autour de 40 kilos, superbe !! On fait une bonne séance photo en arrosant la carangue au maximum, et on la laisse retrouver les profondeurs. Quel pied !!

DSC01980

  On se repositionne, maintenant un gros doggy, et ce sera la journée parfaite !! C'est Tempo qui va faire le doggy, mais c'est un petit. C'est déjà ça, et pour le gros, on reviendra.

tdc.jpg

  Il est déjà 18 heures, et on a une bonne heure de navigation pour le retour. Une bonne journée bien remplie.

 

Le lendemain matin, le réveil sonne à 6 heures. Pour un dimanche, cela fait tôt ! Après une halte pour faire un peu d'essence, nous voilà sorti de la baie. Aujourd'hui, on part vers le sud, pour pêcher un peu les bordures, et voir au popper si on peut faire quelque chose. On commence la pêche vers la pointe aux piments. Pas d'activité, seule les bateaux qui passent à fond entre nous et le récif, pas vraiment top pour la discrétion. Après une heure de popper, sans avoir rien vu, on décide de partir vers le large, un DCP est dans le coin on va essayer. On arrive dessus, je tente au popper, mais rien non plus. On passe donc au jig. Rodolphe à une première touche, mais décroché. Je remonte mon jig, et je m'aperçois que le bas de ligne est presque coupé, il ne tiens plus qu'à un cheveux, j'ai eu chaud !! Mon jig porte ègalement une trace de dents très profonde. Rodolphe contaste qu'il lui manque un assist sur les 2 qu'il vait à l'origine. On refait les montages et on refait des dérives, mais plus rien. On repart vers le large, sur un autre DCP. Malheureusement, rien non plus. On rejoint donc la côte pour faire les cassures. Pour l'instant, c'est plutôt calme. On essaye vers la pointe aux piments, puis vers la pointe canonnier, mais rien à faire, pas de touches. On se fait la pause casse croute, et Tempo souhaiterai rentrer, car il doit préparer des documents pour un rendez-vous le lendemain matin. On le dépose donc devant chez lui, et nous voilà reparti avec Gato en direction du large. On retourne sur les cassures qu'on avait pêché le premier soir. On commence les dérives, et après quelques descentes, je fèrre ma première touche. Beau rush au départ, ça à l'air sympathique. C'est une belle carangue noire, entre 7 et 8 kilos.

noire-moi.jpg

  Presque dans la foulée, je refait une autre carangue noire du même gabarit, alors que Rodolphe remonte un joli rouge.

rouge.jpg

  Quelques dérives plus tard, nouvelle touche pour Rodolphe, mais cette fois, c'est sérieux ! Prise de frein, la canne est tendu au maximum, c'est gros. Gros rush, on pense à un joli thon à dents de chien. Rodolphe réussi à gagner du terrain, puis de nouveau gros rush, puis plus rien, on dirait que le poisson remonte. Autre rush, et c'est finit, il se laisse remonter. En fait, c'est normal, il ne remonte que la tête d'une carangue noire.

noire-mangee.JPG

  On se replace sur la dérive qui à l'air d'être garnie en carangue noire. Nouvelle grosse touche pour Rodolphe, cette fois c'est sur, c'est une grosse carangue, ou un gros thon. Gros combat, Rodolphe commence à avoir le dos qui fatigue, mais il ne lâche rien. On commence à voir le poisson qui arrive en surface, et la déception gagne le bateau. C'est un requin d'environ 50 kilos. Beau coup de ligne, mais il est clair qu'on aurait préféré un thon ou une carangue. Je me saisis du bas de ligne pour essayer de le décrocher, mais il s'énerve et casse le bas de ligne. Ca c'est fait !

requin.JPG

  On refait quelques dérives. C'est au tour de Gato, d'attrapper sa carangue noire. Pas facile, le poisson se défend bien, mais le pêcheur à le dernier mot. Un beau poisson.

noire-gato.jpg

  On prend le chemin du retour. La mauvaise nouvelle c'est la présence d'une grosse dépression tropicale au nord, qui se dirige vers Madagascar. On a regardé les prévidons de vent sur Windguru, et j'ai peur que ce soit notre dernière sortie. Demain matin Tempo doit se rendre à Port-Louis, on va donc se reposer, ce qui ne va pas faire de mal, après trois journée de jig.

 

La météo se complique, et c'est maintenant un cyclone qui descend entre Madagascar et les Mascareignes. On décide tout de même de tenter une sortie mardi matin, voir comment est la mer. Ce qui est sur c'est que Rodolphe et moi avons avancé notre départ, les conditions seront trop désastreuses pour espérer sortir. On est vraiment déçu, mais c'est comme ça ! On part vers 7 heures en ce mardi matin, mais comme je l'ai dis plus haut les conditions de vent et de houle sont assez difficiles. On décide de rester dans le secteur de coin de mire, et de chercher le poisson. La première dérive ne donne rien, mais elle ne fait pas comme je le pensais. On se replace, et on dérive maintenant dans une profondeur de 75 mètres. La houle est assez grosse, un bon 3 métres, et le vent fort. Il faut pêcher avec 300grs, et remonter tout en haut toute les 2 descentes pour annuler la dérive. Conditions de pêche très difficile. Rodolphe ouvre le bal avec une première touche, et un joli jobfish.

job-rod.jpg

Le sondeur nous indique des choses intéressantes, et on se repositionne pour passer sur les points qu'on vient de trouver. Je pêche même en 400 gr, une fois que je suis chaud. Bon choix ! Je viens de ferrer, et Rodolphe aussi ! Doublé !! On remonte chacun une sériole autour de 7 kilos.

double-seriole-copie-1.jpg

 Sur la dérive suivante, je remonte un rouge ananas. Elle est pas mal cette dérive, avec de la roche au fond. Rodolphe insiste sur la zone, et il a raison. Touche !! Et tout de suite, on voit que c'est gros. La canne est pliée, et le frein chante. Ah non j'espère que c'est pas un requin. Le combat dur un moment, et la fatigue commence à se faire sentir, en plus les conditions, ne sont pas facile. On commence à voir le poisson qui arrive, la bonne nouvelle, ça brille, donc ce n'est pas un requin. C'est long, peut être un thon ? En fait c'est une grosse carangue. Un superbe poisson qui ne doit pas être loin des 40 kilos !! Superbe, enfin récompensé ! Une bonne séance photo, et après un peu d'oxygénation le poisson repart vers les profondeurs.

gt-rod.jpg

  On refait quelques dérives supplémentaires, mais les conditions sont vraiment dur, et le vent est en train de forcer. On mange un sandwich, et on fait quelques essais sur le chemin du retour. La houle est vraiment montée à l'entrée de la passe, et même une fois sur le bord, on ne va pas pouvoir rejoindre la terre ferme avec la petite barque, trop dangereux. On ira à Grand Baie et on va sortir le bateau, c'est plus sage. 

 

Vraiment dommage que le mauvais temps soit arrivé, car je pense qu'il y avait encore pas mal de chose à faire, comme trouver des coins pour pêcher au popper, et plein d'autres coins avec surement des gros poissons à la clé. Donc si un petit séjour Mauricien vous tente, n'hésitez pas à me contacter, je me ferai un plasir de mon donner les coordonnées de mon ami TEMPO. Ce qui est certain, c'est que je vais y retourner le plus vite possible !!

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : La pêche en kayak Hobie
  • La pêche en kayak Hobie
  • : Ma passion la pêche, et plus particulièrement la pêche en kayak. l'objectif est d'arriver à attrapper tous les poissons en kayak !!
  • Contact

Dernière vidéo

                                                                   

Recherche